Confrontée à une évolution du dispositif RMI, une association travaillant dans le champ de l’insertion sociale et professionnelle doit penser, imaginer et diversifier son offre de service en conciliant à la fois les nouvelles orientations de politique publique en
matière d’insertion et les besoins des usagers. Dans un contexte de chômage de masse le directeur de cette association met en lumière le décalage important qui existe entre les besoins des publics très éloignés de l’emploi et la volonté politique forte d’incitation à une reprise d’activité professionnelle pour tous.L’injonction au projet qui prévaut dans les dispositifs d’insertion révèle un malaise grandissant des personnels sociaux chargés de mettre en oeuvre la politique publique du secteur.

L’enjeu pour le directeur de ces services est à la fois de mieux répondre aux besoins et aux demandes du public tout en impulsant un travail de qualité dans les équipes en adéquation avec la commande publique. De nouvelles formes de prise en charge plus collectives, un management axé autour du sens du travail et une ouverture vers le monde économique peuvent permettre de
coller au mieux aux besoins tout en améliorant la qualité de travail des équipes.
Dans un souci de pérennisation des activités de l’association, le directeur est contraint d’adapter sa stratégie institutionnelle à un marché soumis de plus en plus aux appels d’offre. Ainsi, il doit anticiper les évolutions, diversifier les outils de l’association et
proposer de nouvelles formes de prise en charge.