Le sujet de ce mémoire traite de la question complexe de « la participation des habitants ». Celle-ci se définit comme l’aboutissement d’un processus d’interaction sociale qui se déroule selon quatre niveaux successifs (l’information, la consultation, la concertation et l’implication). Pour illustrer ce processus, la recherche se construit à partir de l’histoire récente des projets de centres sociaux dans les Alpes-Maritimes. Centenaire, la vie des centres sociaux continue d’évoluer en combinant tradition et réinvention, en visant, de tout temps, la participation du plus grand nombre d’habitants à la vie locale. Le centre social est ce lieu d’interaction, où le triptyque des différents acteurs (habitants, professionnels et décideurs) est représenté.
L’étude se veut une approche pragmatique, en interrogeant l’action et ses acteurs. Le concept choisi est celui de la compétence. Si, habitants, professionnels et décideurs partagent des compétences, alors le processus de participation est favorisé. L’enquête se plonge ainsi au cœur des savoirs, savoir-faire et savoir-être des acteurs.
La participation des habitants ne se décrète pas. Elle se déroule autour d’un contexte de négociation et d’un jeu de pouvoir, où les acteurs négocient leur identité et expriment leur vision du monde. Enfin, dans une approche contemporaine des ressources humaines, le retour à la pratique tente d’amener un nouveau modèle théorique, plaçant le tandem « Motivation » et « Ethique du care » comme élément central du processus de compétence, et rendant, ainsi, possible celui de la participation des habitants.