Le terrain de notre recherche interpelle parce qu’en prenant du recul nous nous apercevons que c’est un lieu multidimensionnel, marqué par le handicap dans une problématique associée à l’enfermement. Et par ailleurs le lieu institutionnel d’exercice du travail social de l’accompagnement de ces usagers travailleurs handicapés est un prieuré, un lieu de recueillement avec un cloître et asilaire de par sa topographie. C’est un lieu qui associe lieu de production et lieu de vie, l’éloignement géographique propre à la montagne avec le côté isolement de cette zone rurale frontalière, qui est désertifiée mais protégée. Mais encore c’est un lieu où l’insertion par le travail d’handicapés mentaux et l’installation de travailleurs sociaux se réduit à un secteur économique prépondérant dans cette vallée : la santé et le médico-social.

L’objet de notre recherche s’appuie sur la notion de territoire, sur la place de l’institution, des professionnels et des personnes handicapées par rapport à un enclavement historique, géographique et à un système autarcique. Face au paradoxe d’ouverture et d’isolement au travers des parcours de vie, les travailleurs sociaux trouvent ressource et épanouissement en créant de la mobilité qualifiante dans la montagne de la vallée de la Roya.